Louis Chedid – Anne, Ma Soeur Anne

Message d’utilité publique

Louis Chédid – Anne ma soeur Anne

Anne, ma soeur Anne,
Si j’ te disais c’ que j’ vois v’nir
Anne, ma soeur Anne,
J’arrive pas à y croire, c’est comme un cauchemar
Sale cafard

Anne, ma soeur Anne,
En écrivant ton journal du fond d’ ton placard
Anne, ma soeur Anne
Tu pensais qu’on n’oublierait jamais, mais
Mauvaise mémoire


Elle ressort de sa tanière, la nazi-nostalgie
Croix gammée, bottes à clous, et toute la panoplie
Elle a pignon sur rue, des adeptes, un parti
La voilà revenue, l’historique hystérie


Anne, ma soeur Anne
Si j’ te disais c’ que j’entends
Anne, ma soeur Anne
Les mêmes discours, les mêmes slogans
Les mêmes aboiements

Anne, ma soeur Anne
J’aurais tant voulu te dire, p’tite fille martyre
Anne, ma soeur Anne
Tu peux dormir tranquille, elle reviendra plus
La vermine


Mais beaucoup d’indifférence, de patience malvenue
Pour ces anciens damnés, beaucoup de déjà-vu
Beaucoup trop d’indulgence, trop de bonnes manières
Pour cette nazi-nostalgie qui ressort de sa tanière… comme hier


Anne, ma soeur Anne
Si j’ te disais c’ que j’ vois v’nir
Anne, ma soeur Anne
J’arrive pas à y croire, c’est comme un cauchemar
Sale cafard

Publié par alaflamoute

Nightswimming.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :